14.11.04

Poema de: Rufus Wainright



Complainte de la Butte

La lune trop bleme pose un diademe sur tes cheveux roux
La lune trop rousse de gloire eclabousse ton jupon plein d'trous
La lune trop pale caresse l'opale de tes yeux blases
Princesse de la rue soit la bienvenue dans mon coeur brise

Les escaliers de la butte sont durs aux misereux
Les ailes du moulin protegent les amoureux

Petite mandigotte je sens ta menotte qui cherche ma main
Je sens ta poitrine et ta taille fine J'oublie mon chagrin
Je sens sur tes levres une odeur de fievre de gosse mal nourri
Et sous ta caresse je sens une ivresse qui m'aneantit

Les escaliers de la butte sont durs aux misereux
Les ailes du moulin protegent les amoureux
Et voila qu'elle trotte la lune qui flotte, la princesse aussi
La da da da da da da da da da
Mes reves epanouis

Les escaliers de la butte sont durs aux misereux
Les ailes du moulin protegent les amoureux